LA FORMULE MAGIQUE

Updated: May 6, 2019


Être à l'écoute de son corps. 

Être patient. 

Être discipliné. 


"Long story short":

Aujourd'hui, j'ai 31 ans. Je suis le cas typique des histoires qui semblent réservées aux autres. Je n'ai jamais fait de sport; un matin je me suis botté les fesses, et aujourd'hui je pèse 30 lbs en moins (peut-être plus, peut-être moins?) et tout mon rythme de vie est changé.

 

Et comme s'il y avait une recette miracle, plein de gens m'ont écrit pour me demander mes trucs. Comment avais-je fait? 


Quand la belle brune de ton DVD de yoga pose avec le grand sourire, il n'y a pas de grand miracle: elle est née avec ses abdominaux parfaits, c'est sûr. Mais quand ton amie de 5'5, 145 lbs arrive au dernier party de Noël avec des triceps découpés, tu te dis:"Woo! Si elle peut le faire... moi aussi?!"


La première étape c'est de trouver ton sport. Ça peut prendre du temps. Pour moi ça a été la course. Alors les voici, mes trucs, ma recette miracle reliée à la course. 


1- S'ÉQUIPER.

Ce n'est pas motivant de courir avec un vieux T-Shirt qui reste humide et de mauvaises chaussures. Investis un 120/150$ dans une paire de chaussures de course confortables (personnellement, j'ai toujours adoré Nike et Salomon), une brassière de sport, des petites culottes sans couture (Sport Expert, Hyba), et des bas sans coton. (Le coton ça crée des ampoules. You're welcome). S'équiper ne veut pas dire briser ta tirelire. Forever 21 ont un rayon sport super ludique à des prix très abordables (convient bien aux petites tailles), et Hyba (la ligne de vêtements sport de Reitmans) offre des vêtements de super bonne qualité à prix plus que raisonnable (convient bien aux plus grandes tailles). 



TRUC DE PRO

Il existe deux types de chaussures: les chaussures d'absorption, et les minimalistes. Et tout le monde dans l'industrie du sport est mitigé sur le sujet. En résumé, les chaussures d'absorption offrent un grand support, et diminuent les impacts pour ceux qui courent sur les talons. Mais elles sont généralement plus lourdes, et elles "supportent tellement bien ton pied" qu'elles entrainent l'affaiblissement de plusieurs muscles de ta jambe. En gros, elles absorbent les chocs, mais elles font le travail à ta place. 


Les chaussures minimalistes n'offrent pas beaucoup de support, sont très flexibles et très légères. Les chocs de ta course sont absorbés par le bas de ton corps, et cela évite le stress au haut du corps (dos, hanches, genoux). 


À retenir: On doit être conscient de cette caractéristique des chaussures de course pour éviter les blessures. J'ai porté des Nike très coussinées toute ma vie, et du jour au lendemain, en lisant sur le sujet, j'ai changé drastiquement vers une chaussure minimaliste. Je me suis blessé au tendon. Si tu changes de chaussure, il faut y aller graduellement, pour laisser le temps à tes muscles de se développer. 


De bonnes lectures:

Né pour courir, Christopher Mcdougall (Born to Run)

Territoires Inconnus, Patrice Godin


Du bon cinéma:

Gun Runners, de Anjali Nayar

The Barkley Marathons: The Race That Eats Its Young

Finding Traction (2014)


2- TROUVE LA BONNE MUSIQUE.  

La musique m'aide beaucoup quand je cours. Mais ça m'a pris du temps pour trouver "le bon genre" de musique qui convient à ma course. Le dance ou l'électro, même si j'écoute ça dans la vie de tous les jours, ça me rendait agressive. Ça me faisait perdre patience quand je forçais, et le boom boom me donnait l'effet d'un coach mesquin qui me criait dans les oreilles: "Ok, vas-y, vas-y, vas-y". 


J'ai fini par comprendre que ma douce promise, c'est le RNB! Si j'ai le goût de danser, j'ai le goût de courir! J'ai réussi mon premier 5 kilomètres grâce à Eminem, Until I collapse. La trame sonore de Creed II me rappelle de ne pas chialer si je suis fatiguée. Et Home, de Vince Staples, dans la bande sonore de Spiderman: Into the Spiderverse.... ça me transforme en machine, je n'y peux rien. 


3- COMMENCER LENTEMENT. 

Je n'ai jamais apprécié courir en intervalles (marcher 2 minutes, courir 2 minutes, marcher 2 minutes, etc). Ça me donnait l'impression de faire semblant de courir (même si il n'en est rien). Ce qui m'a longtemps empêché de courir, c'est que je courrais TROP VITE. Après trois minutes, avec un goût de sang dans la bouche et la respiration d'une asthmatique finie, je me disais que je n'étais clairement pas capable. 


Mon copain de l'époque et moi sommes sortis faire du vélo un jour. Dans une côte, pendant que je maudissais tous les saints, mon copain m'a crié: "Chloé, baisses tes vitesses!". J'ai baissé la vitesse... et je l'ai monté la côte. Doux "eureka moment". Alors PERMETS-TOI de courir en pépère. Jog très lentement, mais pour un bon quinze minutes. Ce n'est pas la vitesse l'important, c'est la constance; c'est habituer ton corps à faire ce genre de mouvement, construire ta masse musculaire et augmenter ton cardio. Et un jour, ta respiration sera plus constante, ton corps sera moins courbaturé et tu pourras augmenter la vitesse. Mais pour l'instant, sois À L'ÉCOUTE DE TON CORPS. Et un jour, tu te réveilles, tu te regardes dans le miroir et te surprends toi-même en envoyant un selfie à ta petite soeur en disant: "Hey la soeur, qu'est-ce qui se passe, je vois mes abdos?!"


Voici des liens qui proposent des programmes selon ton niveau. 

http://www.jogging-course.com

https://www.nike.com/ca/fr_fr/c/running/nike-run-club/training-plans/marathon

https://www.events.runningroom.com//training/

4- RÉVEILLE TON CORPS ET INFORME TOI.

La course c'est chouette, mais quand tu ne bouges pas du tout et que tu t'y mets, c'est un peu agressif. Cours 2 à 3 fois par semaine, et fais quelques exercices de renforcement musculaire les autres jours de la semaine. Ça semble beaucoup, mais 15 minutes de musculation ou d'étirement pour les jours pressés peuvent faire une différence. Personnellement, j'avoue avoir pris un abonnement à Énergie Cardio pour un an, avec un entraîneur privé. Ça a changé ma vie. Ça m'a donné cette base qui me manquait. J'avais beau payer des abonnements au gym depuis des années, "on and off", mais je ne voyais aucun résultat. Il ne suffit pas de s'assoir à une machine et pousser de la fonte pour maintenir son corps en santé. Il faut savoir pourquoi on le fait. Et surtout, il faut varier son entraînement. Après un an avec un "coach" pour me diriger, je pouvais prendre en main ma condition physique, et m'y intéresser pour vrai. J'achète à l'occasion des magasines sur la course, comme Runner's World, et je suis plusieurs personnalités publiques sur les réseaux sociaux. 


Kayla Itsines, Kelsey Wells, Massy Arias, ivfitness (Idalis Velazquez), etc. Toutes ces filles offrent des programmes payants de remise en forme, mais aucun besoin de payer ces fortunes; elles font des posts régulièrement à propos de leurs entraînements, de leur nutrition, etc. C'est une bonne source d'inspiration, et c'est gratuit. 



TRUC DE PRO

L'alimentation. Tu ne pourras pas y échapper. Quand j'ai commencé à courir, mon beau-frère et moi on s'est lancé dans un défi végétarien que mon orgueil m'a obligé à tenir pour quelques mois. Je mange encore de la viande occasionnellement au restaurant, mais j'ai compris l'importance des calories. Dans une perspective de perte de poids, la formule magique est bien simple; dépense plus de calories que tu en ingères. Je me suis aussi rendu compte que les produits laitiers me donnaient des maux de ventre. J'ai fait plusieurs changements, je me suis informé, et ma vie a changé.



La dépendance au sucre, ou à la nourriture est un vice difficile à cerner, et un peu tabou. Prends conscience de tes habitudes alimentaires, et fais de petits changements, très graduels. On se rend vite compte que toute habitude est facilement remplaçable, et que les bénéfices qu'on ressent en mangeant plus de légumes, en coupant les mauvais gras et en réduisant les portions sont extraordinaires. Sois à l'écoute de ton appétit, de ton ventre. Pas de ta tête. Ta tête te dis que ce sac de chips, ou ce plat gratiné, ou ce dessert sera une bonne récompense, tu le mérites tellement. Mais est-ce que ton corps en a vraiment de besoin? Est-ce que ton corps sera content d'absorber cette nourriture? 


Je ne suis devenue dingue d'aucun régime en particulier, mais je me suis informée. Et même si encore aujourd'hui, je me claque une bonne poutine quelques fois par année, mon quotidien alimentaire est sain, et me demande beaucoup plus d'énergie et de temps qu'avant, car j'en fais une priorité. 


De bonnes lectures:

Oh She glows, par Angela Liddons

Thug Kitchen

Végétarien Vite Prêt, par William Meppem



5- TROUVE TON PARCOURS.

Je déteste courir au centre-ville, entre les terrasses, les touristes qui marchent au milieu des trottoir et la fumée de cigarette. Le Mont-Royal, les rues tranquilles de mon quartier, et le Parc Maisonneuve me donnent l'intimité et le zen dont j'ai besoin. Trouve ton spot à toi. 



6- SOIS PATIENTE.

C'est la clé. Accepte que ça prend du temps. Et que c'est difficile, pendant longtemps. Pars avec l'idée que ça fait mal de réveiller son corps, et malheureusement, ça ne te tentera jamais de courir. Ce sera TOUJOURS un effort. Et ça fera mal. Et tu seras courbaturée. Et ça durera longtemps, des mois, des années peut-être. Mais sois patiente. Et un jour, tu découvres que tu aimes ça. Tu te réveilles le lendemain et tes jambes ne font pas mal. Et tout ça devient une partie de plaisir. Pendant 6 mois de dur entraînement, j'ai perdu 5 lbs. Et un jour, pour aucune raison, on dirait que mon corps a compris que je lâcherais pas le morceau, alors il s'est ajusté; j'ai perdu 15 lbs en 2 mois. Je ne cherchais pas à perdre du poids; j'aimais mon nouveau style de vie, ça me donnait de l'énergie, et surtout, je voyais mes entraînements comme du temps pour moi. 


TRUC DE PRO

La patience, c'est la clé... mais la discipline suit de proche! Ne te demande jamais si tu as envie de t'entraîner. Ou si tu es assez motivée. Ou si tu as le temps. La réponse sera toujours non. 


Habilles-toi, rends-toi au gym, sors dehors pour courir, et une fois dans l'action, là tu as le droit de te poser la question. 99% du temps, la réponse est finalement:"Wow, une chance que je suis venue, ça vaut la peine, je me sens bien". 1% du temps, j'ai couru 10 minutes et je suis retournée chez moi, car effectivement j'étais trop enrhumée, ou mes crampes de fille étaient trop gênantes. Mais ça... c'est 1% du temps. 


En résumé... la vie se déroule dans l'action. Je me suis rendue compte que c'est plus d'énergie de penser à perdre du poids, que de le faire réellement. Plus d'énergie à choisir des vêtements qui me collent difficilement à la peau. Plus d'énergie à choisir des activités qui n'impliquent pas que je me sente diminuée à cause de mon incapacité sportive. C'est beaucoup plus simple de sauter dans l'action. Mets tes chaussures de course, inscris-toi à un nouveau défi, sautes dans la boue. Chaque jour est le jour 1. C'est ça, le truc magique de la belle brune du dvd de yoga. 


- Chloé.



__________________________________________________________________________________


À TOI, LECTRICE DE NOTRE BLOG!

Saches que par le billet de son blog, MUDGIRL désire inspirer et motiver les femmes à bouger, à faire de l'activité physiques et à adopter des saines habitudes de vie! MUDGIRL veut, par l'entremise des témoignages de la #PINKARMY, raconter des VRAIES histoires. Cela implique donc que nos articles ne sont pas nécessairement écrit par des professionnels de la santé ou autre (on t'avertira quand c'est le cas 😉). Chacun atteint ses buts à sa façon, à son rythme, et MUDGIRL désire simplement te donner le plus d'outils possibles pour t'aider à atteindre TES buts.


TU AS UNE HISTOIRE À NOUS PARTAGER? ON VEUT TOUT SAVOIR!

Écrit à elisa@sport-era.com pour soumettre ton texte.

On a hâte de te lire! 💜